villa la roche

Au départ, il y a un séchoir à tabac devenu au fil du temps un garage, un dépôt bien pratique du fait de l’existence d’une vaste ouverture de 4 m de large. Et puis un jour, on doit repenser l’espace et on se dit qu’il y ferait bon vivre en famille. La villa La Roche peut exister. Ce grand passage est l’élément de base de la réflexion et génère tout le projet: son symétrique est reporté sur la façade nord générant un tunnel de lumière traversant. La limite entre extérieur et intérieur disparaît, opérant la fusion de la nature et du construit. L’espace du rez-de chaussée ainsi illuminé, contraste avec l’étage supérieur, qui lui, recherche plutôt l’introversion et l’ombre. Deux mondes cohabitent, dès lors comment envisager leur liaison? C’est la déformation de la dalle supérieure qui, métaphoriquement, vient chercher le sol du rez-de-chaussée et qui opère cette transition. Inscrit dans le périmètre des MH, l’intervention se devait extrêmement respectueuse des spécificités du lieu afin de minimiser l’impact du nouveau projet sur la cohérence de l’ensemble bâti.

mandat privé
statut: réalisé
type: rénovation, résidence
data: 2008-2011, 200 m2, 300 000 €
localisation: rochebaudin, france
équipe: jacquier, leroux